Palais Galliera – «Les vêtements ne sont pas des objets comme les autres» 28.08.16

Avant toute chose, il faut savoir un fait assez important à mon sujet : j'adore les chemises blanches. En fait si je devais conserver deux catégories de vêtements dans mon dressing, ce serait les jupes et les chemises. Il est donc normal que je me repose toujours sur ces deux pièces lorsque je m'amuse à composer une tenue. Ce jour-là, je profitais de mon week-end avec une amie, passionnée de mode comme moi, pour me rendre au Palais Galliera (aussi appelé musée de la mode de la ville de Paris). L'expo était intéressante, mais trop courte, alors certes pour nous c'est gratuit, mais si j'avais dû payer le plein tarif, j'aurais été légèrement frustrée. Au-delà de ça, l'intérêt que l'on peut porter à cette exposition, réside à mon sens, dans le message qu'elle transmet. 2 grandes salles, 3 beaucoup plus petites, environ 40 tenues. Chaque tenue exposée ayant appartenu à une personnalité importante telle que Napoléon, Catherine Deneuve ou encore Audrey Hepburn. Ces personnalités ont donc porté et aimé les tenues exposées. L'exposition visait à nous montrer le lien entre ces personnes et le vêtement, lien qui est très fort car les vêtements constituent « une sorte de double de celui ou celle qui les a portés ». Une citation que j'avais lu peu avant de visiter cette exposition disait aussi: « le vêtement se raconte à travers celui qui le porte », et bien, même si les personnages éminents n'étaient pas là pour démontrer en bonne et due forme cette phrase, on parvenait malgré tout à ressentir la véracité de ce propos. C'est d'ailleurs une excellente chose que le musée ait indiqué la petite histoire, ou ait simplement ajouté un petit point historique sous chaque tenue. En effet cela montrait encore mieux le lien entre la personne et le vêtement.

Jupe : Fila - Chemise : Primark (similaire ici ou ici) - Sac : New Look - Chaussures : Puma - Collier : Bershka (similaire ici ou ici)
















Quote of the month
« Si tu ne construis pas ton propre rêve, quelqu'un va t'embaucher pour te faire construire les siens. »
Tony Gaskin